Comment réaliser un diagnostic contre l’humidité

Nous allons voir comment procéder à un diagnostic lors d’une première expertise chez un propriétaire en s’appuyant sur quatre questions importantes :

Quel est l’âge de l’habitation ?

Quels sont les derniers travaux effectués et depuis quand ?

Depuis quand le problème d’humidité s’est-il déclenché ?

Depuis quand le client vit-il dans cette maison ?

Avec les réponses apportées, nous pourrons déterminer les problématiques et avoir plus d’éléments pour comprendre leurs causes et réaliser un premier diagnostic.

1. ÂGE DE LA MAISON

L’ancienneté de la construction est un facteur déterminant. Avant 1962, aucun DTU ( Document Technique Unifié) n’existait pour garantir l’isolation de l’infrastructure d’une habitation. Elle était construite sans semelle béton et cela entraîne avec le temps un risque de remontées capillaires important car aucune protection n’est prévue pour isoler les fondations du sol, chargé en eau.

Il n’y avait pas non plus de revêtement bitumineux étanche protégeant les parois extérieures de la maçonnerie des infiltrations latérales. Un phénomène de contre-pression hydrostatique peut alors se déclencher (poussée de l’eau par l’extérieur) dans le cas d’infiltrations en sous-sol.

Si les murs sont épais (40/50cm) et construits en moellon, meulière ou granit, ils seront peu sujets aux infiltrations d’eau car l’évaporation sera facilitée. L’eau n’aura pas le temps de pénétrer.

Mais depuis 1965/70 les habitations sont surtout construites en parpaing qui est un matériel creux et poreux de seulement 20cm d’épaisseur.

En cas de soucis d’infiltration, l’eau par gravitation va glisser sur la paroi extérieure pour ressortir au niveau des solins (angles verticaux).

Les points singuliers sont des points sensibles en cas d’infiltrations latérales car ils génèrent une pression sur les deux côtés de la construction. Cela amplifiera le problème d’entrée d’eau qui s’aggravera progressivement et pourra provoquer de gros dégâts. Il n’y aura pas d’amélioration possible sans intervention technique.

L’eau de la terre, chargée en sels minéraux eux-mêmes composés de nitrite, sulfate et nitrate, va pénétrer en premier dans les joints qui forment la partie la plus poreuse de la maçonnerie. Les sels hygroscopiques absorbés vont durcir, gonfler et se cristalliser ce qui va détériorer les joints. La cristallisation des sels va alors endommager les contours des parpaings qui ne seront plus soutenus par les joints délités. Chaque structure bougeant pendant sa période de vie, les risques de fissurations augmentent et mettent en péril le bâtiment.

Ce phénomène se produit en général au sous sol ou dans la cave: il s’agit bien des fondations. Pour le diagnostiquer, il faut gratter légèrement avec son doigt ou un tournevis sur la zone du joint qui devrait s’effriter et se déliter de lui-même. Un maison bouge et vit naturellement. Mais si ses fondations sont attaquées par les sels hygroscopiques et corrosifs, c’est toute sa structure qui est fragilisée.

2. TRAVAUX EFFECTUES

Il se peut que le propriétaire ait effectué des travaux déclencheurs des problèmes d’humidité de son habitation. Par exemple : si il a fait poser des fenêtres en PVC donc étanches, il peut s’agir d’un phénomène de condensation.

Pourquoi a t’il fait ces travaux ? Y avait-il un problème à l’origine qui l’a convaincu de faire poser ses fenêtres ?

En général il va penser que le double vitrage empêche le choc thermique mais en réalité la maison est moins ventilée. La maison ne s’aère plus, ne respire plus, ce qui provoque un effet «cocotte minute». Il y a plus de vapeur d’eau à l’intérieur et aucun moyen de l’évacuer.

Quand la période est automnale ou hivernale avec des températures basses et un temps pluvieux, le problème est accentué car le client ouvrira peu ses fenêtres pour créer cette ventilation. L’humidité contenue dans l’air ambiant stagnera et s’installera n’ayant aucun moyen de s’échapper. Si c’est l’été nous aérons plus, mais l’air chaud contient aussi beaucoup de vapeur d’eau (sensation de moiteur et de lourdeur dans l’air).

Quand le climat s’autorégule en créant des averses, ce n’est pas le cas d’une habitation! Il est toujours à prendre en considération dans la diagnostic.

Dans le cas de condensation il convient d’orienter le propriétaire vers un système de ventilation en surpression.

Cependant plusieurs causes sont parfois à l’origine du problème qui peut être accidentel et/ou structurel. Pour qu’une expertise soit qualitative, il faudra aussi vérifier en plus des zones d’aération: la toiture, les gouttières et la plomberie. Si ces points ne présentent pas d’anomalie, une approche structurelle sera privilégiée.

3. DEPUIS QUAND LE PROBLÈME EST-IL PRÉSENT ?

Si il dure depuis plusieurs années, il faudra envisager un problème structurel qui s’est aggravé avec le temps. Par exemple un revêtement bitumineux qui s’est dégradé au sous-sol a créé des infiltrations de plus en plus présentes.

Si la problématique se situe dans un endroit très localisé, ce n’est certainement pas un problème structurel et il faudra donc privilégier une vérification de la plomberie et des canalisations en faisant des tests et des analyses.

Demandez aux clients ce qu’il a fait pour tenter de résoudre le problème jusqu’ici? En général ils appellent en premier lieu un maçon mais c’est un généraliste. De ce fait celui-ci pourra pas intervenir sur les causes initiales du défaut d’étanchéité de l’habitation. C’est souvent pour cette raison que les clients contactent ensuite un spécialiste pour une expertise.

4. DEPUIS QUAND HABITE T’IL DANS LA MAISON ?

Avec le confinement lié au COVID 19, beaucoup de français ont eu envie d’investir ailleurs (maison secondaire ou changement de région) avec parfois de mauvaises surprises. Et pour cause : les problèmes d’humidité peuvent se dissimuler un certain temps après la vente. Par exemple, avec un doublage des murs ou du placo sur rails, pendant quelques mois la maison paraît saine et suffisamment sèche. Néanmoins, les problèmes d’humidité réapparaissent toujours.

C’est pourquoi, Murétanche vous offre actuellement un diagnostic humidité d’une valeur de 400 euros. Profitez-en !

diagnostic humidité gratuit

Veuillez SVP compléter ces champs